Accueil   ♫   Home      
La Musique en Liberté sur Twitter Bernard Lavilliers - Noir et Blanc - CHORDS - Partition (Accords et Paroles Lyrics)



♫ Bernard Lavilliers - Noir et Blanc ♫










Français: DO RE MI FA SOL LA SI English: C D E F G A B

[Intro] C#m F#sus4 F# G#m A B [Verse 1] C#m C'est une ville que je connais B Une chanson que je chantais A C#m Y a du sang sur le trottoir C#m C'est sa voix, poussiere brulée B C'est ses ongles sur le blindé A Ils l'ont battu a  mort A G#m Il a froid, il a peur j'entends battre son coeur [Chorus] A B G#m De n'importe quel pays, de n'importe quelle couleur A B C# Po Na Ba Mboka Nionso Pe Na Pikolo Nionso [Verse 2] C#m Il vivait avec des mots B Qu'on passait sous le manteau A C#m Qui brillaient comme des couteaux C#m Il jouait d'la dérision B Comme d'une arme de précision A Il est sur le ciment, mais ses chansons maudites A G#m On les connait par coeur [Chorus] A B G#m La musique a parfois des accords majeurs A B C# Qui font rire les enfants mais pas les dictateurs A B G#m De n'importe quel pays, de n'importe quelle couleur A B C# La musique est un cri qui vient de l'intérieur [Bridge] C#m F#sus4 F# G#m A B [Verse 3] C#m Ca dépend des latitudes B Ca dépend d'ton attitude A C#m C'est cent ans de solitude C#m Y a du sang sur mon piano B Y a des bottes sur mon tempo A Au-dessous du volcan, je l'entends, je l'entends A G#m J'entends battre son coeur [Chorus] A B G#m La musique parfois a des accords mineurs A B C# Qui font grincer les dents du grand libérateur A B G#m De n'importe quel pays, de n'importe quelle couleur A B C# La musique est un cri qui vient de l'intérieur [Verse 4] C#m C'est une ville que je connais B Une chanson que je chantais A C#m Une chanson qui nous ressemble C#m C'est la voix de Mandela B Le tempo docteur Fela A Ecoute chanter la foule A Avec les mots qui roulent A G#m Et font battre son coeur [Chorus] A B G#m De n'importe quel pays, de n'importe quelle couleur A B C# La musique est un cri qui vient de l'intérieur A B C# Po Na Ba Mboka Nionso... Pe Na Pikolo Nionso